Alambic

Le texte que vous allez lire est proposé par l'association la San Priode.

Ecouter le texte en français :

En 1935, un groupe de viticulteurs, en majorité de Saint-Priest, constitua une association «Union Syndicale des Viticulteurs» et construisit ce local où fut monté un alambic.

Celui-ci fonctionna jusqu'en 1985. Au plus fort de la production, de l'après- guerre aux années 70, on dénombrait 300 clients et il produisait 3000 litres de «gnôle», alcool fort apprécié dans la paysannerie (et ailleurs !!!) du siècle dernier.

Saint-Priest et les alentours, n'ont jamais été un secteur de grands crus viticoles, mais chaque ferme avait sa vigne, grande ou petite, qui servait à fabriquer «un petit vin», sans grande qualité commerciale mais qui ne faisait pas de mal et abreuvait son homme. Les coteaux versants sud du secteur étaient très prisés pour y planter sa vigne.

De la Toussaint à Noël, après les vendanges et la mise en barrique du vin, chaque cultivateur-vigneron amenait son marc de raisin à l'alambic. A cette occasion et pendant plusieurs semaines, les effluves de distillation envahissaient le village.

Un alambic est un appareil qui sert à fabriquer un alcool (très) fort par distillation de la grappe de raisin après extraction de son jus. Cette eau-de-vie, à la sortie de l'appareil était tellement forte qu'il fallait l'allonger avec de l'eau pour la rendre buvable!.. Cette pratique, très délicate, était mise en œuvre à l'aide de tables de coupages très précises détenues par l'opérateur.

La production, et le transport de cet alcool en vrac, étaient très réglementés. L'appareil était régulièrement contrôlé par un inspecteur, et le viticulteur devait se munir d'un laisser-passer pour ramener sa «blanche» chez lui.

Les surfaces de vignes se réduisant au fil des années, de nombreux fruits entrèrent petit à petit dans la fabrication de cet alcool fort, ce qui diversifiait son goût final (prune, poire ... )

Par ailleurs, le droit des viticulteurs à distiller ne se transmettant plus de père en fils, l'alambic cessa toute activité en 1986 et l'appareillage fut démonté. Aujourd'hui seul le bâtiment existe encore (transformé en bureau en 2018) arborant toujours le nom de ses anciens propriétaires.

English text here

Pour en savoir plus : contacter la San-Priode

Concernant les photos : Nos recherches d’ayant droit, pour l’utilisation des cartes postales, se sont révélées infructueuses, mais nous sommes à la disposition des ayants droits qui se signaleraient.

Remerciements à Agnès Demesmay de la Médiathèque de Saint-Priest, pour les textes lus.

La borne a été créée par un groupe d'adhérents du centre social La Carnière, et la gravure et découpe de la borne a été faite au fablab de la Fabrique d'Objets Libres à Saint-Priest.